La Médiation dans la cité

 

 Quelques exemples de situations

« Mon voisin d’en haut est tellement bruyant : comment lui faire comprendre que nous avons besoin de repos ? »

« Ils me font peur ces jeunes qui occupent le trottoir au coin de ma rue, notre quartier change, l’ambiance est tendue »

« Le propriétaire fait la sourde oreille quand on lui parle de réparations ! »

« Je lui ai envoyé un préavis dans les règles, et pourtant mon locataire refuse de quitter l’appartement… »

« Les tensions entre mon mari et notre fils deviennent insupportables, je n’arrive plus à les calmer, les voisins s’en rendent comptes, ils font des réflexions! »

« L’état de la maison à côté est vraiment désastreux ! Qui va s’occuper des infiltrations d’eau et de cette plante grimpante qui envahit ma façade ? »

Bref descriptif, accessibilité, coût

Dans beaucoup de villes et de communes des médiateurs proposent à tous les habitants une aide à la recherche de solutions « à l’amiable » dans les conflits de la vie de tous les jours : voisinage, locataires/propriétaires, intrafamiliaux, etc. Ce type de médiation porte plusieurs appellations : médiation de quartier, de proximité, locale ou encore médiation de conflits. Elle est accessible à tous, gratuitement. Elle représente une alternative au dépôt de plainte à la police et au recours à la procédure en justice de Paix.

Les citoyens font, généralement, appel spontanément au service de médiation. Ils peuvent également y être invités, suite à un dépôt de plainte à la police ou encore lorsque le dossier arrive au parquet (médiation locale).

Le travail des médiateurs de quartier comporte souvent une dimension communautaire : ils peuvent proposer la médiation à l’échelle d’une rue, d’un quartier.

Ces services relèvent soit des budgets de la région soit des budgets communaux soit encore des budgets de la zone de police. En Région Wallonne, on parle plutôt de médiateurs de quartier et à Bruxelles, de médiateurs de proximité ou de médiateurs locaux.

Le recours au service de médiation est une démarche libre et volontaire et confidentielle.

Historique

Les premiers médiateurs de quartier sont apparus, notamment à Charleroi et dans quelques communes bruxelloises, au début des années nonante, avec la mise en place des Contrats de Sécurité, fruits d’une politique contractuelle associant l’État, les Régions et les Communes.

Depuis 20 ans, les Contrats évoluent et développent un important volet préventif, de nouveaux services de médiation voient le jour régulièrement. Les médiateurs se regroupent au sein d’associations garantes de leur cadre méthodologique et déontologique.

Cadre légal

Les médiateurs locaux travaillent dans le cadre d’une circulaire du Parquet de Bruxelles du 19 octobre 2006. Ils tentent de donner des réponses à des plaintes pénales pour des petites infractions ou des petits délits qui pourraient éventuellement être classées sans suite.

Les Régions et les communes organisent l’attribution des subsides.

Contact  : www.ubmp-bupb.org

 

Post a Reply

*